- 35 000 ans L’homme "préhistorique" a été capable d’expression symbolique & artistique

© Lhâ...

 

Au début, il y a les sons de la nature... la lumière qui s’éveille doucement, d’un matin l’autre...

On entend le chant des espèces qui vient... d’autres répondent...

Ils chantent... traquent les sons des voix... les apprivoisent... Cognent la matière qui donne en rythme... La lumière est encore fragile... vacillante.

Peu à peu, le chant se libère de l’imitation... il s’harmonise, devient jeu... "Je"...

L’inconnu appelle, irrésistiblement... l’épreuve est des plus dangereuses... l’appréhension palpable...

Mais l’audace, plus forte, pousse à aller de l’avant.


Les chants sont fragiles, comme la lueur matinale... Les pas découvrent le sol... vont en rythme, martelant la terre... la dominant...

Les chants s’unissent...

Il faut dompter les peurs... se protéger des espèces dangereuses. Il est tentant de recouvrer la sécurité des hauteurs...

Désormais, les pieds se sont habitués au sol... les corps ont perdu de leur agilité pour grimper prestement aux arbres...

L’humain s’est redressé pour voir plus loin... anticiper, afin de pallier une anatomie médiocre en milieu inhospitalier.

La cohésion du groupe devient essentielle, vitale... Les voix s’unissent de plus belle... ils se répondent...

La danse éveille les esprits... elle apporte les échanges, l’harmonie... mais également les premiers signes de rivalités...

La transe rend fou... le chamane s’en empare... les rôles se répartissent...

Deux se rapprochent... d’eux viendra demain... l’art exulte, révèle les symboles... défie la matière, la rend moins pesante.